Mon compte : 

Mes achats :

  • Mon écrin est vide !
Etre informé des nouveautés, des promotions ? abonnez-vous à notre lettre d'information :   Abonnement
facebook twitter google plus
Nos garanties : diamants, pierres précieuses et perles certifiés - Satisfait ou remboursé - Livraison gratuite et assurée

Vous êtes ici : Accueil / LES DIAMANTS

LES DIAMANTS

Les avantages d'acquérir un diamant accompagné d'un certificat

Un diamant certifié est un diamant dont la qualité a été évaluée par un laboratoire de gemmologie indépendant.


Les laboratoires tels que le LFG, le GIA , le HRD , l'IGI , le SSEF et le GUBELIN , sont reconnus pour leurs expertises. Leurs certificats sont utilisés pour déterminer les critères d'un diamant.

Un certificat présente le descriptif complet et exact des caractéristiques d'une pierre et il constitue la preuve scientifique irréfutable de sa qualité. C'est la carte d'identité de la pierre.

Les diamants sélectionnés et proposés sur le site Massilia-Diamant, sont systématiquement certifiés et leurs certificats peuvent être téléchargés et édités.

Les certificats  permettent tout d'abord de comparer de façon objective différents diamants entre eux.

Le certificat de gemmologie qui accompagne un Diamant offre une totale garantie sur ses caractéristiques et ses qualités intrinsèques.

Description d'un certificat de diamant

Un certificat, dont un modèle du Laboratoire Français de Gemmologie est présenté, mentionne les informations suivantes :

(L'ordre de présentation des critères de la pierre peut varier selon le laboratoire émetteur).

Certificat de diamant

La forme ou la taille :
Les exemples de formes de diamants sont : ronde, poire, ovale…

Les dimensions :
Si le diamant est rond, la dimension résulte de son diamètre maximum, de son diamètre minimum et de sa hauteur (de la pointe à la table).
Pour les autres formes, les dimensions des côtés et la hauteur sont indiquées.

Le poids :
Il s'exprime en "Carats", abréviation "ct".

La couleur :
Elle s'apprécie sur une échelle commençant par la lettre D (comme Diamant) jusqu'à la lettre codifiée M-Z, comme mentionné en bas de page du certificat.

La fluorescence :
Elle peut être légère, moyenne ou forte. Les diamants fluorescents donnent l'impression en plein jour d'avoir une couleur "meilleure" qu'à la lumière artificielle. Elle peut être aussi totalement absente.

La pureté :
Elle s’apprécie sur une échelle qui commence par la graduation "pure à la loupe 10x" et qui décroît progressivement jusqu’à la graduation "P 3" (3e Piqué), comme mentionné en bas de page du certificat.

Les proportions :
Ces critères ont leur importance d'un point de vue esthétique (symétrie et éclat).

Le rondiste :
Il s'agit de la bande étroite entourant la circonférence du diamant. Il peut être brut, poli ou facetté.

La colette :
C'est la réunion des facettes de la culasse en un seul point. Elle peut être fermée ou légèrement ouverte.

Le fini :
Le polissage donne l'éclat final aux facettes taillées. Il peut être très bon, bon, moyen ou médiocre.
La symétrie peut être très bonne, bonne, moyenne ou inhabituelle.

Le diamant

Le mot Diamant signifie étymologiquement "INVINCIBLE". En référence à la dureté et à la splendeur de cette gemme on lui donne également le nom de "Adamas" (Indomptable).

Le diamant est depuis toujours le symbole de bien-être, de richesse et de puissance. Les éléments les plus significatifs de la vie sont souvent marqués par le don d’un diamant : naissance, fiançailles, mariage, anniversaire.

La forme de ses cristaux (octaèdres) a su inspirer les créateurs, notamment les architectes. En effet, la très célèbre Maison des Diamants à Marseille, plus connue sous le nom de Maison Diamantée doit son nom à sa façade ornée de pierres taillées en  pointes de Diamants.

Les critères sur lesquels se fonde l’évaluation de la qualité d’un diamant sont symbolisés par l’appellation les 4 C qui correspond aux initiales des mots anglais : Colour (couleur), Clarity (pureté), Carat (poids), Cut (taille).

Genèse et propriétés du diamant

Le Diamant s'est formé à de grandes profondeurs dans un milieu magmatique caractérisé par des températures et des pressions très élevées.



Constitué uniquement de carbone pur cristallisé, c'est la pierre précieuse dont la composition chimique est la plus simple. C'est aussi la pierre la plus dure (indice 10 maximal sur l'échelle de MOHS).

Les cristaux généralement octaèdres (pyramide double avec huit faces triangulaires équilatérales), sont des gemmes pour la plupart incolores mais certaines peuvent tendre au jaunâtre (paille), au vert, au violet, au rose et au bleu (ces deux dernières étant très prisées).

En outre, il existe des spécimens à la couleur franche : jaune (jonquille), rose, saumon, vert, rouge-brun, gris et noir. Le bleu saphir et le rouge vif sont très rares. Dans tous ces cas, on parle de diamants de couleur ou diamants fantaisie. Les professionnels préfèrent utiliser l’appellation fancy colour.

Ces teintes sont dues à la présence de traces d’azote, de bore, de fer, d’aluminium, de titane, de calcium, de samarium mais aussi de chrome. Elles peuvent résulter de facteurs radioactifs qui ont provoqué des distorsions dans le réseau cristallin.

Le diamant a un éclat très vif et il est totalement inaltérable (il brûle sans laisser de résidus uniquement à des températures très élevées).

Historique du diamant

Dès le sixième siècle avant Jésus-Christ, les hommes savaient extraire le diamant et le commercialiser.

C'est en Inde que les premiers gisements furent exploités. Les premières gemmes, restées célèbres dans l’histoire pour leur taille et leur couleur exceptionnelles, sont originaires de ce pays :

  • le "Grand Moghol" pesant 280 carats ;
  • "l’Orloff" pesant 189,62 carats.

Au XVIIIe siècle, les mines de l’Inde étant épuisées, le gisement d’Hyderabad (mines de Golconde) a été abandonné. En 1726, on vit apparaître les premiers diamants originaires d’Amérique du Sud et du Brésil.
Au brésil la production fut très importante jusqu’en 1870, et les diamants les plus célèbres sont :

  • Le Président VARGAS : pesant 44, 17 carats (brut 726,20 carats) ;
  • L'Etoile du Sud pesant 128, 80 carats.

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, on découvrit des gisements en Afrique du Sud d’une grande richesse. La découverte des mines du Cap est à l’origine du ralentissement de la production diamantifère du Brésil.

En 1880, l’Anglais Cecil RHODES fondait la société De Beers Consolidated Mines Ltd. Depuis, cette société détient le monopole du commerce du diamant : elle contrôle l’extraction et la production du marché mondial.

Les pièces parmi les plus célèbres d’Afrique du Sud sont :

  • le Cullinam I : pesant 530,20 carats ;
  • le Cullinam II : pesant 317,40 carats.

Par la suite, de nombreux diamants ont été extraits dans de nombreux autres pays d’Afrique (Angola, Namibie, Botswana, Lesotho, Sierra Leone, République Démocratique du Congo).

En 1949, la découverte de nouveaux gisements alluvionnaires en Sibérie orientale a permis à la Russie de développer l’activité diamantifère.

Gisements et extraction du diamant

Les gisements en Inde

Trois à quatre gisements sont encore exploités à Panna et à Majhagawen. Les mines ont été nationalisées depuis 1956, ce qui a réduit leur rendement de production. Des projets de prospection seraient en développement dans la région de Bundelkhand (l’Etat de Madhya Pradesh au centre du pays).

Les gisements au Brésil

Les centres producteurs se trouvent dans l’état du Matto Grosso qui fournit la moitié de la production, dans l’Etat de Minas Gerais (les mines diamantina), dans l’Etat de Bahia, (la mine chapada Diamantina), l’Etat de Goïas, l’Etat d’Amazonas, Etat de Maranhao, l’Etat de Parana, l’Etat de Sao Paulo. Les diamants brésiliens sont en général blancs, de petites dimensions (0,25 ct à 0,50 ct). Les pierres de plus d’1,00 ct sont rares et celles atteignant 5,00 ct sont très rares.

Les gisements en Afrique du Sud

Exploitées par la société De Beers depuis 1866, les principales mines sont situées dans la province du Cap et du Transvaal : la mine Bultfontein, la mine Wesselton, la mine Dutoitspan (qui produit de gros diamants de belle qualité), la mine Jagersfontein, la mine De Beers, la mine Kymberley, la mine kamfersdam.

Il existe également des exploitations de type alluvionnaire de grande envergure. Les diamants furent entraînés par les eaux et les alluvions du fleuve Orange dans d’autres régions, jusqu’à l’océan.

Les diamants d’alluvions se récoltent au sud de l’embouchure du fleuve Orange à Alexander Bay. Au Transvaal, le gisement de Lichtendurg donne des pierres alluvionnaires. Il en est de même dans la province du Cap à Bellsbank.

Les gisements de Namibie (ex Afrique du Sud-Ouest)

Ces gisements sont exploités depuis 1908. Ils sont situés le long de la côte : depuis l’embouchure du fleuve Orange jusqu’au 20e parallèle au nord.

Les gisements de la République Démocratique du Congo (ex Zaïre)

C’est un des pays les plus gros producteurs de diamants au monde. Les gisements furent découverts en 1907. Ils sont de types alluvionnaire et minier.

Les gisements de la Sierra Leone

Les gisements ont été découverts en 1930 dans la région de Gbogboro et dans les alluvions au nord-est. On y trouve de grosses pierres de 20 à 30 ct, quelques rares pierres peuvent peser 100 ct. Elles sont de bonne qualité, sous forme d’octaèdre parfait aux faces brillantes appelées Glassies . Certains diamants sont vert bouteille de par l’uranium qu’ils contiennent.

Les gisements du Libéria

Les exploitations débutèrent en 1935 dans l’ouest du pays.

Les autres gisements africains sont situés en Tanzanie, en Angola, au Ghana, ainsi qu’au Mali, en République Centrafricaine, en Guinée, en Côte d’Ivoire et au Lesotho.

Les gisements au Bostwana

Au Botswana, la société De Beers exploite plusieurs mines très connues : la mine Orapa, la mine Jwaneng, la mine Lethlakane.

Les gisements récemment découverts

Au Canada, quatre mines sont en cours d’exploitation lesquelles placent ce pays au troisième rang de la production mondiale de diamants :

  • la mine Ekati et la mine Jerico dans l’Etat du Nunavut ;
  • la mine Diavik et la mine Snap Lake dans l’Etat des Territoires du Nord-Ouest.

En Russie, les deux mines Jubilee et Udachnaya, situées en République Sakha-Yakutsk, sont à ciel ouvert et industriellement exploitées par leur propriétaire : la société Alrosa.

En Australie, c’est l’exploitation aurifère qui a permis la découverte de gisements de pierres précieuses plaçant le continent au rang des principaux producteurs de diamants. Les diamants extraits sont de petites tailles mais de très belle qualité et la majorité d’entre eux peut être destinée à la joaillerie.

Les principales mines sont : la mine  Argyle (gisement alluvionnaire) et  la mine de Bow River (gisement primaire cheminée) dans la région de Kymberley au nord-ouest de l’Australie. La mine de Merlin est située dans le Golf Carpentéria, au nord de l’Australie.

Rendement d’extraction

En général, le rendement d’extraction est de 1 gramme de diamant (soit 5 carats) pour quelques dizaines de tonnes de roches extraites. Sur ce gramme, seulement un cinquième (soit 1 carat) est de qualité gemme. Le restant, appelé boart et carbonade est destiné aux utilisations industrielles.

La taille du diamant : son évolution

Bien que le diamant soit connu depuis plus de 2 000 ans comme pierre précieuse, la première taille remonte au quatorzième siècle. Seules les saillies des pierres anguleuses étaient taillées afin d'améliorer l'effet optique.

Cette taille a considérablement évoluée au cours des siècles.

Evolution de la taille du diamant

La pierre en  pointe, ainsi donnée à cause de la forme de son cristal, est la première taille diamant authentique.

Au XVe siècle apparut la taille  pierre table.

Au milieu du XVIe siècle, la taille "Pierre table" a été améliorée en pierre facettée appelée taille non recoupée comportant une table polygonale. Les surfaces du haut et du bas se nomment facettes et sont au nombre de 18.

Vers 1650, à la demande du Cardinal MAZARIN, une nouvelle taille fut élaborée laquelle comprenait 34 facettes : cette pierre était appelée taille Mazarin.
A la fin du XVIIe siècle, le Vénitien Vincenzo PERUZZI réussit à tailler un diamant de 58 facettes.
La taille Peruzzi se rapprochait ainsi de la taille brillant  moderne, à la fois par un nombre de facettes presque identiques et par l’ensemble de ses proportions.

Le diamant n’atteignit sa perfection que par la taille brillant dite moderne. Cette taille fut mise au point en 1910 à partir de la taille ancienne développée au siècle précédent.

Terminologie de la taille Brillant

Cette taille brillant se caractérise par ses 57 facettes :

  • 32 facettes minimum ainsi que la table sur la face supérieure ;
  • 24 facettes sur la face inférieure.

Il comporte aussi un rondiste circulaire, et présente parfois une colette.

 

La taille du diamant : ses phases techniques

De nos jours, le travail du diamant comprend quatre phases successives : le "clivage" ou le "sciage", le "brutage", le "facettage", et le "polissage".

Seul un diamant peut tailler un autre diamant.

Le sciage :

Autrefois, les diamants importants étaient fragmentés par clivage à l’aide d’une lame sur laquelle le diamantaire frappait un coup sec. Cette technique était couramment utilisée. Mais parfois, la pierre se brisait faute de ne pouvoir détecter les tensions internes et les fissures cachées.
Aussi en est-on venu, au début du XXe siècle, à scier les diamants.

De nos jours, le sciage du diamant offre l’avantage important de pouvoir tirer le meilleur parti de la pierre brute selon son poids.

Cette étape est longue : il faut compter 6 à 8 heures pour une pierre de 6 à 7 millimètres de diamètre.

Le brutage :

La phase suivante du travail consiste à donner au diamant une forme régulière dotée d’une face supérieure et inférieure : c’est le brutage. Le diamant brut est ainsi "débruté".

Il s’effectue en frottant deux pierres l’une sur l’autre : l’une sertie sur un petit mandrin, l’autre fixée sur un bâton dirigé à la main.

Sous l’effet du frottement, les arêtes de la pierre s’estompent et le diamant se rapproche progressivement de sa forme conique double.

Le facettage :

Le facettage confère à la pierre toutes ses caractéristiques.

Le diamant à facetter est serti dans une tenaille appelé "dop" et présenté sur un plateau tournant entre 2000 et 3000 tours/minutes  enduit de poudre de diamant mélangée à de l’huile.

La technique du facettage nécessite beaucoup d’expérience : la disposition des facettes, la place de chaque angle ne sont contrôlées qu’à l’œil nu et à la loupe.

La perte occasionnée par la taille est importante elle peut s’élever jusqu’à 60% du diamant brut.

Le polissage :

Le diamant est enfin soumis au polissage.
La pierre fixée au dop est polie par frottements sur une autre piste du même plateau tournant enduite d’une poudre de diamant moins dure.

La taille du diamant : ses divers types

On distingue 3 catégories de taille : la taille à facettes, la taille mixte et la taille unie.

La taille à facettes

(utilisée pour les pierres transparentes : pierres précieuses et pierre fines), elle-même divisée en deux catégories :

La taille à brillant

La taille a brillant

La taille à degrés

La taille a degres

La taille mixte

Dans cette catégorie, le dessus de la pierre est "facetté" et le dessous est "à degrés"

La taille mixte

La taille unie : les cabochons simple et double

La taille unie

La taille du diamant : ses formes principales et dérivées

Facettage des diamants

Le brillant à taille pleine

Conçue spécifiquement pour le diamant, l’appellation brillant n’est autorisée que pour cette pierre. Elle comprend 32 facettes et la table sur la partie supérieure ainsi que 24 facettes sur la partie inférieure.

La taille 8/8

Indépendamment de la table, les parties supérieures et inférieures comprennent chacune 8 facettes.

La taille rose

C’est une taille à facettes en dôme à base plate. Cette taille peut déclinée de plusieurs façons selon le nombre et la disposition des facettes. Toutefois, elle n’est plus employée de nos jours en raison de son manque d’éclat.

La taille à degrés

Facettage de type simple, il est également employé pour les pierres de couleur. Les facettes sont parallèles et sont plus nombreuses dans la partie inférieure de la pierre.

La taille en ciseaux

C’est une variante dérivée de la taille à degrés. Chaque facette est divisée en 4 facettes latérales appelées ciseaux.

La taille de Ceylan

Cette taille est préférentiellement employée pour conserver aux pierres leur poids maximal. Elle comprend une multiplicité de facettes.

La taille émeraude

C’est une taille à degrés de forme octogonale  utilisée de préférence pour les émeraudes mais aussi pour les diamants.

La taille table

La partie supérieure est très plate avec une table relativement grande. C’est la forme la plus simple de la taille à degrés. Elle est employée pour la fabrication de cachets et d’intailles.

La taille cabochon

C’est le type principal de la taille unie. La partie supérieure est arrondie tandis que la partie inférieure est plate ou légèrement convexe.

Diverses formes de taille

Diverses autres formes viennent s’ajouter à ces différentes tailles : ronde, boule, ovale, coussin, à l’ancienne (carrée ou rectangulaire à coins arrondis), triangle, carrée, hexagonale, baguette (rectangle allongé), poire (ou goutte), navette (ou marquise), pampille, briolette, cœur, écusson, tonneau, trapèze (ou taper), princesse, asscher…

Formes de taille des diamants

Les 4 C

Les facteurs qui déterminent la valeur d'un diamant sont symbolisés par les 4 C correspondant aux initiales des mots anglais : Colour (couleur), Clarity (pureté), Carat (poids), Cut (taille).

Colour (couleur) : La détermination de la couleur s’effectue par un professionnel expérimenté et par comparaison avec une série de pierres-étalons.

Correspondance des différentes échelles de couleurs
selon les normes internationales utilisées

Diamant Echelle de couleurs

Clarity (pureté) : La pureté doit être déterminée par un professionnel, à la loupe au grossissement 10 fois.

Correspondance des différentes échelles de pureté
selon les normes internationales utilisées

Diamant Echelle de purete

Cut (taille) : pour juger de la qualité de la taille et du "fini" de la pierre, le professionnel tient compte de plusieurs critères : la forme d’ensemble du diamant, le type de taille, les proportions entre ses différentes parties, sa symétrie et, s’il y en a, l’importance des marques extérieures.

Correspondance des différentes appréciations
de symétrie et de poli selon les standards utilisées

Echelle qualite de la taille

 

Carat (poids) : Le carat pèse 0,20 gramme. C’est l’unité de poids du diamant, elle-même divisée en 100 points.

Correspondance entre le diamètre d’un brillant
(diamant rond) et son poids

Correspondance diametre poids



Achat : diamants - Vente : diamants, diamants de couleur, pierres précieuses, perles de culture, joaillerie

paiement sécurisé